Portait

Mon intérêt pour l’actualité, la vie politique, la vie des idées, et celle de la cité est né pendant les années 70, au moment de l’élection présidentielle de 1974 et de la loi Veil sur l’avortement, en janvier 1975.

J’entrais alors au lycée, à une époque où les débats enflammés, les initiatives foisonnantes et les combats de tous ordres trouvaient les moyens de vivre et de s’exprimer à l’intérieur et à l’extérieur des établissements scolaires. J’ai compris dès cette époque que je serais, dans ma vie d’adulte, toujours du côté de ceux qui se battent contre les inégalités de tous ordres et que mon engagement serait à gauche et aux côtés des femmes.

Je pensais alors – et c’est toujours le cas -, que les hommes et les femmes politiques peuvent vraiment changer la vie des gens et que des politiques publiques ambitieuses et efficaces peuvent atténuer les déterminismes sociaux et apporter plus de justice sociale.

Parallèlement à mon engagement, très jeune, dans des associations pour les droits des femmes, j’ai fait mes études à la Sorbonne et en Angleterre, je suis devenue professeur d’anglais et j’ai enseigné pendant une quinzaine d’années dans le secondaire à Paris. Ces années d’enseignement dans les collèges et lycées parisiens m’ont permis de constater quotidiennement combien les inégalités sociales pesaient sur les inégalités scolaires et ont renforcé ma conviction que l’action politique devait se concentrer sur la lutte contre les inégalités sociales dès le plus jeune âge.

Cet engagement sur les sujets liés à la petite-enfance et à l’éducation a dès lors constitué le fil rouge de mon engagement professionnel politique, en tant qu’enseignante pendant 15 ans, puis au cabinet du Ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche en 1998, puis à la Région Ile-de-France, en tant que cadre territoriale chargée des politiques éducatives régionales.

En 1995, je figurais pour la première fois sur une liste pour les élections municipales dans le 13e arrondissement et devenais alors conseillère d’arrondissement d’opposition. En 2001, Bertrand Delanoë a été élu Maire de Paris et je suis devenue conseillère de Paris, déléguée à la petite-enfance auprès de Serge Blisko, Maire du 13e. C’est ce même poste que j’ai occupé en 2008 en tant que première adjointe de Jérôme Coumet.

Pendant toutes ces années, j’ai participé activement à la vie de ma section, aux élections internes et aux campagnes électorales qui se sont succédées en soutenant les candidats d’une gauche réformiste, moderne, créative.

Je suis devenue Députée le 10 mai 2014, au moment où Jean-Marie Le Guen, dont j’étais la suppléante, a été nommé Secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement. Depuis cette date, je siège à la commission des affaires culturelles et de l’éducation à l’Assemblée nationale.

En tant que Conseillère de Paris et du 13e arrondissement, je reste engagée sur l’ensemble des sujets parisiens, notamment ceux liés à la construction de la Métropole, et sur la délégation petite-enfance dans le 13e dont j’ai toujours la responsabilité.

Fidèle à mes valeurs et aux engagements qui ont toujours été les miens, j’ai fait dès le printemps 2016, le choix de rejoindre « En Marche », et de m’inscrire dans la dynamique d’un mouvement qui rénove profondément le discours et les pratiques politiques et redonne le goût de l’engagement et de l’intérêt général à des dizaines de milliers de Françaises et de Français qui avaient cessé d’y croire.

Candidate aux élections législatives sous la bannière « La République en marche », je mettrai toutes mes convictions, mes compétences mon énergie et ma détermination au service des habitants du 13 et 14e arrondissement de Paris pour donner au Président de la République une large majorité.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*